La subjectivité

La subjectivité comme objet sociologique et anthropologique

Alain Ehrenberg, CNRS
SEMINAIRE INTERROMPU POUR L’ANNEE 2006-2007
L’intrication des questions psychologiques et des questions sociales, qui est devenue un trait caractéristique de nos modes de vie, s’est élaborée à travers une étiquette : la santé mentale. Avec cette notion, les troubles de la subjectivité sont devenus une préoccupation sociale majeure. Le séminaire a pour hypothèse que la santé mentale n’est pas seulement un nouveau problème social ou de santé publique, elle est aussi une grille de lecture transversale des nouveaux dilemmes des sociétés démocratiques. La spécificité des pathologies mentales est de mettre en relief un aspect moral et social qui est beaucoup moins présent dans les autres espèces pathologiques. Ces pathologies touchent en effet le sujet dans son « intériorité », c’est-à-dire dans ce que les sociétés occidentales pensent être l’essence même de l’humain. De là des conflits, dont la tonalité est souvent métaphysique, sur les conceptions du sujet humain impliquées dans les différentes approches thérapeutiques. Parallèlement, les notions de soi, de subjectivité et d’intersubjectivité font l’objet d’un intérêt croissant en sociologie et en anthropologie (notamment à partir des travaux de Giddens ou de Foucault). Il en va de même pour les émotions et les sentiments moraux non seulement en sciences sociales, mais également en neurobiologie via les neurosciences cognitives dont une tendance prétend rendre compte du « social ».
En nous appuyant sur l’anthropologie de Marcel Mauss, Louis Dumont, Edmond Ortigues et E. E. Evans-Pritchard, et sur la philosophie de l’action proposée par Vincent Descombes, nous proposerons une critique de ces approches, qu’elle soient sociologiques ou biologiques. Cela implique une double clarification, d’une part, des catégories de sujet, d’individu et de personne et, d’autre part, des conceptions de l’action, de la responsabilité et de la justice.

Programme 2005/2006

  • Jeudi 13 octobre 2005 – 14h/16h – MSH, 54 bd Raspail 75006 Paris, salle 015.

Alain Ehrenberg (sociologue, CNRS) : « Corps, esprit, société : exposé des problèmes, développement de l’argument du séminaire »

  • Jeudi 10 novembre 2005 – 14h/16h – MSH, 54 bd Raspail 75006 Paris, salle 015.

Alain Ehrenberg : « La querelle du narcissisme et l’illusion de “la mutation anthropologique” ».

  • Jeudi 8 décembre 2005 – 14h/16h – MSH, 54 bd Raspail 75006 Paris, salle 214.

Alain Ehrenberg , « La querelle du narcissisme et l’illusion de “la mutation anthropologique” (suite) ».

  • Jeudi 12 janvier 2006 – 14h/16h – MSH, 54 bd Raspail 75006 Paris, salle 214.

Sandra Laugier (philosophe, Université de Picardie Jules Vernes) : « Subjectivité, agentivité, société : Wittgenstein et Cavell ».

  • Jeudi 2 février 2006 – 14h/16h – MSH, 54 bd Raspail 75006 Paris, salle 214.

Philippe de Lara (philosophe, ENPC) : « Émile Durkheim, Pierre Janet, Charles Blondel : société et subjectivité ».

  • Jeudi 2 Mars 2006 – 14h/16h – MSH, 54 bd Raspail 75006 Paris, salle 214.

Andras Zempléni (anthropologue, CNRS) : « De la persécution à la culpabilité : leçons de l’anthropologie africaine ».

  • Jeudi 6 avril 2006 – 14h/16h – MSH, 54 bd Raspail 75006 Paris, salle 214.

Philippe Le Moigne (sociologue, INSERM) : « De la subjectivité au soi : l’essor de la standardisation en psychiatrie ».

  • Jeudi 4 mai 2006 – 14h/16h – MSH, 54 bd Raspail 75006 Paris, salle 214.

Françoise Champion (sociologue, CNRS) : « La transformation de soi : l’apport des sciences sociales des religions ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Go Top