La mère toxicomane et le placement de l’enfant

Simmat-Durand L., La mère toxicomane et le placement de l’enfant : des temps inconciliables, Drogues, santé et société, 2007, vol. 6, n°2, p. 11-45.

Résumé
la plupart des études sur les toxicomanes de sexe féminin indiquent qu’elles sont souvent séparées de leurs enfants, soit par ordonnance du Tribunal, soit par entente familiale. Cet article examine la question de la temporalité de la consommation de drogue confrontée à un temps social de maternité et aux institutions qui placent les enfants dans des foyers d’accueil. Les données présentées proviennent d’une étude sur le rapport et le placement des enfants de mères toxicomanes en France.
Il a révélé un fil commun dans le manque de compréhension des différents protagonistes de placer les enfants de mères toxicomanes, étant le décalage horaire entre les différents acteurs. Les initiatives d’urgence, caractéristiques de l’urgence sociale d’aujourd’hui pour «faire quelque chose» pour cet enfant maternité existante, sont superposées sur l’urgence de la vie des mères dépendantes lorsque la maternité rétablit le temps dans leur voie directionnelle. Preganncy est souvent décrit comme étant particulièrement propice à un changement de direction, y compris d’autres domaines à côté de la drogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Go Top